Ville de Cébazat

  • A+
  • A-
  • A=

Recherche

Convertir cette page au format pdf

Cie La Transversale

 
Cédric Jonchière - JPEG - 14.9 ko
Cédric Jonchière

En 2001, Cédric Jonchière entre au conservatoire d’art dramatique de Clermont-Ferrand.
En 2004, il obtient le Certificat d’Etudes Théâtrales et un D.E.A de littérature moderne sur le théâtre d’Olivier Py. Il est reçu à l’E.N.S.A.T.T. dans la section mise en scène, dirigée par Anatoli VASSILIEV. Il travaille également sous la direction d’Adolf SHAPIRO et de Valérie Dréville.

Au sein du collectif Spectacle-Laboratoire, il met en scène avec Yves Beauget Ion de Platon (festival d’Avignon). Pendant l’été 2010 toujours avec le Spectacle-Laboratoire, il présente une mise en scène du Pari de Tchékhov au Théâtre de l’Atalante à Paris (Les Soirées Tchékhov, 06-07/ 2010).
Il crée en 2011 la compagnie La Transversale à Clermont-Ferrand (Un K . d’après Le Procès de Franz Kafka, 2012).
Il est également metteur en scène associé au Théâtre du Pélican (Des murs hauts comme des Ogres, La vie comme un mensonge, 2012 et 2013).

Les ateliers de La Transversale : Banquet(s) !

La démarche

« L’homme le plus simple est capable de répondre du tac au tac, mais il suffit qu’un acteur apprenne son rôle par cœur chez lui pour qu’il réponde façon ampoulée, apprise, et cette réponse restera en lui à jamais. Il n’aura aucun moyen de s’en défaire. Il ne pourra reprendre la moindre parole, fût-elle dite par le meilleur acteur qui soit. […] Il sera sourd et étranger à toute la pièce, comme un mort qui vit parmi les morts ». Gogol et le théâtre.

Tout au long de l’atelier, nous nous attacherons à développer la créativité de chacun des participants, en construisant personnage et action théâtrale pas à pas, en fonction des découvertes concrètes faites sur scène, sans préconçu.
Avec un interdit de base : pas question d’apprendre le texte !
Au début du moins… Improviser, proposer, repasser par ses mots pour s’empêcher de trop rester dans les rails, sans jamais perdre de vue l’armature du texte : c’est le premier jeu auquel nous vous convions. Et petit à petit, selon le rythme de chacun, rejoindre les mots de l’auteur, Albert Cohen : mais pas avant d’avoir créé de l’excitation et un contact véritable avec le partenaire.

C’est à un banquet d’inventions, et de mots, que nous vous invitons. Peut-être aussi, en fonction des avancées, dans les situations, nous intéresserons-nous particulièrement aux banquets qui émaillent l’œuvre d’Albert Cohen.

Un mot sur Cohen (1895-1981) :

Comment donner une idée de Cohen ? Il y a chez lui Marivaux, Shakespeare et Rabelais. On trouve des héros romantiques modernes, des vieillards rêveurs-menteurs, qui s’inventent des métiers à tour de bras et plaident pour l’indépendance de Marseille, de petits fonctionnaires avides d’avancements, un Don Juan précoce dont on suit la vie de ses treize ans à sa mort, des petits-bourgeois amoureux d’un lingot d’or, des amoureuses rebelles ou pas, bref, comme dirait Tchékhov, « cinq tonnes d’amour ». Dans la société diplomate des années trente, Cohen nous offre tout une série de scènes et de portraits théâtraux à travers son œuvre romanesque. A nous de prendre dans ce matériel ce qui correspondra le mieux à chacun d’entre vous.

Haut de page

Restez informés

Agenda

< décembre2017 >

Agenda
LMMJVSD
27282930123
45678910
11131417
182021222324
252627282930

Menu récapitulatif

  • Listes de diffusion
    •  
    •  
    •  
Action
  •  
  •  
Abonnez vous